Sommaire

L'obésité est un problème que l'on rencontre souvent chez le lapin de compagnie qui, contrairement au lapin sauvage, mène une vie beaucoup plus sédentaire et reçoit une nourriture souvent trop riche pour son organisme. Quelles sont les causes de l'obésité du lapin et comment y remédier ?

Symptômes de l'obésité du lapin

Notre petit compagnon doit idéalement peser 1,25 kg si c'est un lapin nain, 2 kg s'il s'agit d'un lapin bélier. Au-delà, il peut se trouver en surpoids.

Certains signes peuvent déjà vous alerter, par exemple si votre lapin semble avoir du mal à se mouvoir et à atteindre la partie arrière de son corps. Ainsi :

  • Son poil est terne et gras car il n'arrive plus à faire sa toilette normalement.
  • Il n'arrive plus à manger ses cæcotrophes et l'on retrouve celles-ci dans sa cage.
  • Il devient sale, sa litière est malodorante, et son arrière-train souillé.
  • On ne sent plus ses côtes sous ses flancs, lorsqu'on le palpe.
  • Il présente une boiterie anormale.

Causes de l'obésité du lapin

Il existe trois principales causes du surpoids chez le lapin qui viennent, en réalité, du mode de vie que nous lui imposons, parfois sans en avoir vraiment conscience :

  • La sédentarité : le lapin, comme tout autre animal, a besoin d'exercice physique ; il doit avoir la possibilité de courir autant qu'il le peut. Il ne faut donc pas laisser un lapin continuellement dans sa cage.
  • L'ennui : par manque de stimuli, il peut finir par s'ennuyer et chercher à compenser en mangeant davantage, ce qui ne fait qu'aggraver son problème de surpoids.
  • L'alimentation : la nourriture que nous donnons au lapin, souvent en croyant lui faire plaisir, n'est pas toujours adaptée. Ainsi, les fabricants d'aliments proposent la plupart du temps des produits tout prêts pour lapins mais très riches en calories : granulés, flocons, biscuits, bâtons de graines.

Cette forme d'alimentation (convenant aux lapins d'élevage) ne tient, en fait, pas compte, des besoins alimentaires des lapins de compagnie.

Lire l'article Ooreka

Dangers de l'obésité du lapin

Le lapin est un animal qui possède un léger squelette et une surcharge pondérale peut lui être néfaste, au-delà même du simple handicap. Elle peut en effet provoquer sa mort prématurée.

Des infections diverses

Du fait de son obésité, le lapin bouge de moins en moins de sa litière et néglige sa toilette. Ces deux facteurs peuvent avoir pour conséquences :

  • L'apparition d'une infection urinaire qui irrite l'animal, celui-ci ressentant de constantes brûlures autour de son sexe et à l'intérieur des cuisses. Une infection urinaire provoque, par ailleurs, des problèmes dermatologiques comme des irritations de la peau ou la perte de poils qui, heureusement, peuvent se soigner localement.
  • La présence d'ulcérations douloureuses au-dessous de ses pattes et qui se manifeste par une dépilation de la voûte plantaire.

L'obésité entraîne également une moindre résistance, le cœur et les reins du lapin s'affaiblissant. Son espérance de vie est alors diminuée de deux ans environ.

Une atteinte du foie

Un lapin obèse est également prédisposé à la lipidose hépatique, grave maladie du foie, qui survient lorsque l’animal arrête de manger.

L’organisme métabolise alors les tissus graisseux au niveau du foie afin qu'ils se transforment en source d’énergie. Lorsque la demande est trop grande, le foie ne peut pas y répondre. Il se remplit de gras et cesse de fonctionner, partiellement ou complètement, n'arrivant plus à désintoxiquer l’organisme.

Les déchets métaboliques s’accumulent ensuite dans le sang. Le lapin a de moins en moins d’appétit, est amaigri, abattu et déshydraté, ce qui engage son pronostic vital.

Lire l'article Ooreka

Traitement de l'obésité du lapin

Un régime adapté à sa nature

Si l'on veut garder son petit compagnon le plus longtemps possible et en bonne santé, il faut donc s'attaquer aux causes de son surpoids sans attendre et mettre en place un régime de transition.

Dans le cadre d'une alimentation équilibrée, voici les aliments qu'il faut privilégier :

  • Le foin est l'aliment de base essentiel d'un lapin. Il convient, bien sûr, de choisir un foin de qualité : celui-ci doit à la fois être d'un beau vert et avoir une bonne odeur. Le foin est riche aussi bien en fibres qu'en vitamine D. Il présente l'avantage de pouvoir être donné à volonté.
  • La verdure fraîche, herbes et feuillages de plantes, est également riche en fibres mais également en vitamines A (nécessaire à la peau et les muqueuses), D (qui maintient l'équilibre du calcium) et E (anti-oxydante). C'est le cas des feuilles de céleri, ou de cresson, des feuilles de salade (hormis la laitue qui pourrait provoquer des diarrhées en raison de sa forte teneur en eau) et des fanes (de radis, carottes, navets).
  • Les légumes et les fruits peuvent être donnés, comme les pommes ou les fruits à chair rouge, mais en petites quantités, une à deux fois par semaine, car de nombreux fruits sont très riches en sucres. Il faut éviter, par exemple, les bananes, trop énergétiques pour son organisme.

Comment faire manger son lapin

Le changement d'alimentation chez un lapin obèse doit se faire progressivement. Outre le fait qu'il va forcément se montrer réticent devant de nouveaux aliments, car il possède un odorat et un goût très délicats, il faut savoir qu'un brusque changement de nourriture peut lui causer de graves diarrhées.

La nouvelle nourriture doit donc être mélangée tout d'abord à sa nourriture habituelle, de manière à ce qu'il s'habitue peu à peu à son goût.

Il est primordial que le nouvel aliment soit d'abord donné en petites quantités. On commence ainsi à lui donner du foin mélangé à quelques granulés.

Enfin, il faut récolter ses cæcotrophes et les lui donner à manger puisqu'il ne peut plus les atteindre.

Prévention de l'obésité du lapin

Un régime riche en fibres est la meilleure des préventions. Le lapin doit manger beaucoup de foin, d'herbes et de feuillages, peu de granulés et boire de l'eau.

La dose quotidienne de granulés ne doit pas dépasser 2 % du poids du lapin. On peut lui donner du foin à volonté et des légumes variés. Privilégiez la verdure en évitant les carottes ou les fruits qui contiennent du sucre !

Laissez-le souvent en liberté, poussez-le à courir, à grimper les escaliers. Jouez avec lui, stimulez sa curiosité en construisant des parcours et des cachettes où vous pourrez éventuellement placer de la nourriture pour l'inciter encore plus à bouger.

Lire l'article Ooreka