Symptômes et solutions au stress du lapin

Sommaire

Les lapins ont, par nature, un tempérament anxieux et sont donc facilement exposés à des situations de stress. Bien qu’ils soient désormais davantage présents dans nos vies en tant qu’animaux de compagnie, leurs besoins physiologiques sont les mêmes que s’ils étaient dans la nature.

Ainsi, le stress des lapins peut être dû à un mal-être et peut également être dangereux pour leur santé ! Nous faisons le point.

Causes du stress chez le lapin

La première cause de stress chez le lapin est le confinement, c’est-à-dire la vie en cage.

Bien que la domestication ait progressivement sélectionné des lapins tolérant de mieux vivre dans des espaces restreints, afin de leur limiter ce stress, il demeure primordial :

  • De leur offrir une cage de la taille la plus grande possibleet si possible la plus équipée possible (jeux, maisonnettes ...).
  • De les sortir régulièrement afin qu’ils puissent non seulement se dégourdir les pattes mais également en apprécier les bienfaits sur leur santé mentale.

Les autres causes possibles de stress chez le lapin peuvent prendre la forme :

  • D’intrusions trop fréquentes dans leur cage. Le lapin étant un animal territorial, il sanctionne souvent ce comportement par des grognements ou des coups de pattes. Il n'appréciera pas non plus les manipulations trop longues ou trop fréquentes.
  • De l’introduction d’un ou de plusieurs nouveaux congénères sur leur territoire. Il convient que les premiers contacts se fassent dans une zone neutre, non considérée par le lapin comme appartenant à son territoire.
  • D’un environnement étranger comme les départs en vacances, les transports, les odeurs ou bruits inhabituels.
  • D’un sevrage réalisé trop tôt qui bouleverse alors les repères mis en place auprès de la mère et de la fratrie.
  • De jeux de poursuite. Le lapin étant une proie à l’état naturel, il peut rapidement se trouver « dépassé » et s’en trouver stressé.

Stress du lapin : comment se manifeste-il ?

Comportement d'un lapin stressé

La première manifestation d’une situation de stress chez le lapin est la position particulière qu’il adopte :

  • Le lapin se fige dans une position prostrée : les pattes sous lui et les oreilles plaquées contre son corps.
  • Ses yeux sont exorbités et sa respiration rapide et saccadée.

Enfin, un lapin en situation de stress peut développer d’autres comportements manifestes tels que :

  • Le fait de s’arracher les poils, ou de cesser de se toiletter ou de manger.
  • Leurs urines peuvent prendre une teinte orangée à brûnatre en raison de la libération de pigments appelés porphyrines induite par le stress
  • Ils peuvent ronger les barreaux de leur cage pour évacuer leur mal-être.

Différentes maladies et comportements liés au stress

Des situations de stress ou de panique très aiguës peuvent avoir des conséquences graves chez le lapin :

  • Il peut se blesser, en se débattant par exemple, et être atteint de lésions à la colonne vertébrale
  • Il peut faire un arrêt cardiaque et ainsi mourir de peur.
  • Il peut être plus douillet et récupérer voire cicatriser moins rapidement après une opération.
  • Ses défenses immunitaires seront abaissées ce qui le rendra plus vulnérable face aux maladies infectieuses.
  • Son système digestif peut être perturbé au point de ne plus déféquer ou être atteint de diarrhées.

Enfin, chez la femelle en gestation, le stress peut être à l’origine de problèmes graves :

  • En cas d’anorexie, les petits ne pourront être formés, naîtront prématurés ou mort-nés.
  • Après la naissance des petits et face au stress, la lapine peut faire preuve de cannibalisme et dévorer sa propre progéniture.

Quelles solutions face au stress d’un lapin ?

Les conséquences potentielles du stress chez un lapin sont nombreuses mais peuvent néanmoins être évitées par le respect de règles quotidiennes simples. Afin de leur éviter de se retrouver face aux situations listées ci-dessus, il est recommandé :

  • De les sortir de leur cage quotidiennement et, si possible, dans la nature.
  • De diffuser en permanence de la musique ou tout autre bruit de fond pour leur éviter de paniquer au moindre bruit comme la chute d’un objet ou le claquement d’une porte.
  • De les habituer à être manipulés dès leur plus jeune âge, de les confronter en douceur à l’Homme, aux enfants, aux autres animaux et bruits domestiques.
  • De placer sa cage dans un endroit calme et de la pourvoir d’une boîte ou d’une maisonnette ou il puisse se cacher s’il en ressent le besoin.
  • En cas de doutes, ne pas hésiter à consulter un vétérinaire habilité à prendre soin des NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur nos autres contenus :